bannière de Prairial
La femme 100 têtes, de Max Ernst La femme 100 têtes, de Max Ernst

Feuilleter

21 × 28 cm | 336 pages | 29 euros

Juin 2016 | ISBN : 979-10-93699-08-0


« Homme des possibilités infinies », Max Ernst (1891-1976) a été l’inventeur et l’explorateur infatigable d’un grand nombre de techniques du surréalisme : frottage, grattage, dripping… Publié en 1929, La femme 100 têtes a fait date comme le premier de ses trois grands « romans-collages », avant Rêve d’une petite fille qui voulut entrer au Carmel (1930) et Une semaine de bonté (1934).

Robert Desnos trouvait à ces 147 sidérants collages « un goût de meurtre et de sang ». André Breton, qui signe l’avant-propos, y voyait le « livre d’images de ce temps où il va de plus en plus apparaître que chaque salon est descendu au fond d’un lac ».

« En feuilletant très rapidement cet épais volume, magnifiquement édité, le lecteur réinvente la lanterne magique. Il y a un rêve de cinéma qui court dans ces ­pages et précipite chaque image dans la suivante. »

Éric Chevillard, Le Monde